Quand les Belles endormies se lovent dans les draps d’Olympia

Foujita à la Maison de la culture du Japon à Paris jusqu’au 16 mars 2019.

Premier artiste japonais de renommée internationale à s’être installé à Paris en 1913, Foujita (1886-1968) a su enrichir sa palette des influences de l’Occident sans pour autant renoncer aux caractéristiques de l’art asiatique. En dépit de l’évolution de sa peinture au cours de sa carrière, évolution que retrace nettement l’exposition présentée à la Maison de la culture du Japon à Paris, ce synchrétisme esthétique se retrouve dans l’ensemble de son œuvre. Mais, c’est dans ses nus féminins, dont la gamme chromatique est réduite au noir et blanc, selon la tradition extrême-orientale, qu’il culmine. Foujita, qui aimait les femmes, toutes les femmes, occidentales ou asiatiques, exalte la beauté du corps féminin tout en pudeur et en finesse en faisant de la blancheur laiteuse de la peau le principal sujet. Ce savant et voluptueux mélange d’Orient et d’Occident sera une des clés de sa réussite artistique auxquelles il faut ajouter sa personnalité excentrique et son apparence immédiatement reconnaissable. Avec ses petites lunettes rondes, sa petite moustache, sa grosse boucle d’oreille et ses vêtements traditionnels confectionnés par ses soins, Tsuguharu Foujita, devenu par son baptême Léonard Foujita, en hommage à Léonard de Vinci, a fini par faire converger sur lui-même cette double culture européenne et asiatique en l’incarnant.

Cite this article as: Véronique Bui, "Quand les Belles endormies se lovent dans les draps d’Olympia," in Europe-Asie, 11/02/2019, https://europeasie.hypotheses.org/99.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.