Berthe Morisot

Si d’emblée, le tableau intitulé La Jatte de lait de Berthe Morisot, peint en 1890, huile sur toile de 55,3 x 56,5 cm, nous suggère une hybridation de la peinture occidentale impressionniste et de l’art venu d’Asie, la comparaison avec l’étude exécutée à Mézy en 1890, crayon sur papier, 24,8 x18 cm, renforce cette intuition. Si dans les deux œuvres, le modèle de l’artiste est une jeune femme française, Gabrielle Dufour, le personnage de l’étude renvoie, sans équivoque, à une Occidentale dans les proportions du corps et les traits du visage esquissés, se tenant assez droite et campée dans un lieu plutôt anonyme, ni à l’intérieur ni en véritable extérieur, dans le tableau, la figure féminine rajeunit et s’adoucit. Elle est représentée dans un écrin bucolique, mais un lieu sans réelle profondeur, sans perspective géométrique à première vue. Cette figure humaine, si elle reste familière, est ici en symbiose avec la nature, elle gagne en mystère, avec ses yeux ronds et noirs, sa bouche petite, rouge et pourtant charnue, comme on voit en Asie encore aujourd’hui sur tant de visages féminins. Elle semble encore plus en mouvement que la modèle de l’esquisse, mais là encore, on ne voit pas ses pieds.  Comme dans une estampe venue d’Asie, la figure humaine n’a pas besoin d’être représentée dans sa totalité, le motif représenté suggère, et l’œil du spectateur a assez d’information pour créer ce qui n’est pas représenté, ou alors, cela nous invite à interpréter cette présence in absentia (rien ne nous dit ici qu’elle n’a pas de pieds) pour nous dire qu’elle ne pourra pas sortir de ce cadre que le tableau définit. Si le lieu n’est pas précis, il renvoie à une idée de champ, de verdure, de nature verte, dans une temporalité incluse dans le cycle des saisons. Ce tableau inscrit la figure féminine chère à Berthe Morisot, dans l’expression d’un temps suspendu dans la vie féminine au sein d’une nature luxuriante et pétillante de couleurs, présentes et discrètes à la fois, où la jeune fille porte une jatte de lait, tout en incarnant jeunesse et référence au substitut du maternel, grâce au lait animal qui nourrit dans la culture occidentale du 19e siècle. La présence et la grâce de cette jeune fille en mouvement, dans son écrin de verdure, nous font oublier la dure condition féminine de la servante, de la femme asservie, qui n’était pas autorisée à connaître et vivre tranquillement, ni le repos ni les joies maternelles, mais qui, telle une Asiatique, vit ici l’instant présent avec plénitude. En effet, dans le roman The Years de Virginia Woolf, dès la première page, le narrateur situe l’action en 1880, la servante, être invisible et sans réelle identité, ne peut être ni mère officiellement, ni mariée, sans craindre le renvoi immédiat. Nombre de nouvelles et le roman Une Vie de Maupassant, ainsi que le court roman Amours (publié en 2015) de Léonor de Récondo, font le même constat.

Cette peinture de Berthe Morisot rend la grâce possible à l’intérieur du cadre de l’œuvre peinte. On se prend à rêver que les forces protectrices et bienfaitrices de la nature puissent s’harmoniser pour empêcher les maux que l’arrière-plan pourrait générer dans la maison fermée. Nous ne pouvons pas ne pas nous sentir concernés puisque cette jeune fille nous regarde toujours aussi intensément depuis la fin du XIXe siècle, qu’elle soit inquiète ou surprise, mais si proche du sourire avec ses lèvres entre-ouvertes.

Dominique Smith

Agrégée d’anglais
Directeur du département d’anglais
Vice-doyen, Faculté des Affaires Internationales,
Université Le Havre Normandie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.