Impressionnante Berthe Morisot !

Moins connue que ses amis Monet, Degas ou Renoir, Berthe Morisot est pourtant une figure majeure de l’impressionnisme et l’une des plus hardies novatrices du groupe. La preuve par l’image : « La jatte de lait », exposée lors de la rétrospective Berthe Morisot au Musée d’Orsay.

L’influence du Japon sur les impressionnistes a fait l’objet de nombreuses publications et d’une très belle exposition « Japonismes/Impressionnismes », l’an dernier, à Giverny du 30 mars au 15 juillet. Berthe Morisot (1841-1895) a elle aussi été marquée par l’art du pays du Soleil levant : le portrait de sa fille, Julie, sous une estampe en est un témoignage. Mais le Japon n’est peut-être pas la seule source d’inspiration de cette artiste flamboyante, morte à la fleur – certes un peu fanée – de l’âge : 54 ans.

« La jatte de lait » est une huile sur toile peinte en 1890 ; son format est quasiment carré : d’une hauteur de 0,553 sa largeur est de 0,565. Ce format la distingue dans l’ensemble de la production des tableaux de l’artiste à l’instar de son sujet. Si le modèle représenté est une fillette du village de Mézy, Gabrielle Dufour, au nom bien peu exotique, un exotisme cependant émane de cette toile. L’ovale arrondi du visage de la fillette, ses yeux légèrement bridés, sa bouche petite et rouge, couleur qui la fait nettement ressortir, la disposition de ses cheveux noirs contrastant avec le blanc de son teint, sa posture non pas droite mais légèrement courbée et le vêtement qui semble former une seule pièce à l’instar des robes des graciles vietnamiennes donnent à cette toile un étrange caractère orientalisant. La dominante verte de la composition laissant en retrait les toits des habitations inscrit le personnage dans un cadre de verdure où la nature triomphe. Qu’elle porte une jatte de lait, élément aussi pur que naturel, la fait entrer dans la catégorie des servantes, condition féminine qui ne connaît pas les frontières. Son regard, qui nous fait face, interroge : est-elle surprise ? est-elle inquiète ?

A l’heure où ses amis impressionnistes poursuivent leur dialogue avec le Japon, à l’heure où la France poursuit son œuvre de colonisation, l’avant-gardiste Berthe Morisot semble ouvrir un nouveau champ à la représentation picturale en laissant transparaître la lointaine Indochine asservie sous les traits d’une jeune et innocente villageoise française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.